THOMAS PAQUET

Regardes-tu encore les étoiles, 2018 - Dyptique

Aujourd’hui, en quelques sanctuaires encore préservés, il est possible de contempler le ciel dans les conditions du passé. Mais pour beaucoup d’entre nous, le ciel s’éteint peu à peu en raison de la pollution lumineuse. La lumière artificielle devient un écran permanent qui coupe l’être humain de ses racines cosmiques.

 

Pour souligner ce constat, j’ai photographié le ciel nocturne par temps clair et les jours de nouvelle lune en deux lieux de la planète : sous le ciel de Paris et dans la première réserve de ciel étoilé du Mont Mégantic au Québec.

 

Les deux images sont des vues de la constellation de la grande ourse.

Elles sont présentées sous la forme d’un diptyque.

Regardes-tu encore les étoiles, 2018 - Dyptique